Entre religion et traditions La population de Rurutu est de confession protestante à 80%. Contrairement aux autres îles de Polynésie française où l’évangélisation a été réalisée par des pasteurs d’origine anglo-saxonne, à Rurutu, ce sont des pasteurs polynésiens venus de Raiatea, qui ont évangélisé l’île. C’est pourquoi aujourd’hui, la ferveur protestante va de pair avec le maintien des traditions ancestrales comme par exemple le «Tere». Le Tere a lieu tous les ans en début d’année. A cette occasion les habitants se rassemblent, pour réaliser un «tour de l’île» à pied, à cheval ou en voiture, en une sorte de convoi exceptionnel. En tête, un orero (orateur), déclame les légendes anciennes et l’histoire des lieux que le groupe traverse au son des percussions. A chaque halte, les anciens se remémorent, les jeunes s’instruisent et les plus forts se mesurent au lever de pierre. Ce sport traditionnel, consistant à porter sur l’épaule une pierre pouvant peser jusqu’à 150 kilos, était autrefois un rite de passage vers l’âge adulte ainsi qu’une démonstration de pouvoir entre les clans. Au mois de mai, les festivités du «Me» permettent

de récolter des fonds nécessaires au fonctionnement de l’Eglise évangélique. Trois dimanches consécutifs, les paroissiens se réunissent à tour de rôle dans chacun des villages. De six heures du matin jusqu’à minuit, voire même jusqu’au lendemain matin, ils vont prier, chanter et partager les repas. Après une nuit entière consacrée aux himene tarava, chants polyphoniques religieux qui élèvent les âmes les plus athées, les femmes clôturent le Me par une danse aux éventails devant la représentation Jésus. Puis tout le monde s’engage en procession pour la visite des maisons. Cette coutume, instaurée au début du XXe siècle par un pasteur, a lieu deux fois l’an, en janvier et en mai. Moment incroyable où les habitants des villages ouvrent la porte de leurs habitations, fraîchement repeintes à la chaux, aussi bien aux autres villageois qu’aux étrangers de passage. A l’entrée, la famille bénit les visiteurs en les aspergeant de talc et de parfum, suscitant les rires et les cris des protagonistes. Et, il n’est pas question de quitter la maison sans avoir goûté au «ma’a», mets généreusement disposés sur une table à la sortie de la maison. La générosité et l’hospitalité sont d’ailleurs des traits de caractère communs à tous les habitants de cette île authentique.

Between Religion and Traditions 80% of the population in Rurutu is Protestant. As opposed to most of the islands in French Polynesia which were evangelized by priests of Anglo-Saxon origin, Rurutu was evangelized by Polynesian priests coming from raiatea. as a result the observance of the Protestant faith in rurutu goes hand in hand with the observance of ancient Polynesian traditions. The Tere is an example of an ancient tradition that is upheld each year at the beginning of the year. The inhabitants get together in a sort of exceptional convoy and do a “tour of the island” either by foot, on horseback or by car. an orator—orero in Tahitian—takes the lead declaiming ancient legends and the history of the various places they pass to the beat of the drum. at each stop the elders reminisce, the youngsters listen and learn and the strong ones compete against each other in stone- lifting competitions. Stone-lifting is an ancient Polynesian sport which involves carrying stones as heavy as 150kg/330 lbs on ones shoulders. In ancient times the sport also represented a rite of passage into adulthood or was used as a demonstration and measure of power between clans. The me festivities in may each year have the aim of raising funds for the evangelical church. The congregation meets three Sundays in a row, once in each village. From 6am to midnight, or sometimes even to the next morning, they pray, sing and have a feast. after an entire night dedicated to the himene tarava—religious polyphonic songs—which touch even the most atheistic of souls—the women close the ceremony with a series of dances with handheld fans dedicated to Jesus. Then it is time for the open house ceremony. The custom of the open house parade is unique to rurutu, and was introduced by a priest at the beginning of the 20th century. It takes place twice a year, in January and may. The local inhabitants open the doors of their homes—which have been freshly painted for the occasion—and everyone is welcome, be they passers-by just visiting rurutu, or other inhabitants of the island. as visitors enter, they are sprinkled with talcum and perfume, eliciting laughter and smiles. No one is allowed to leave without having tasted the various dishes of ma’a (food in Tahitian) that has been generously placed on a table by the door. It seems that everyone on this authentic island is generous and welcoming !

VIrIamU TeUrUarII, gUIDe, SUr la Plage De VITarIa / guide viriamu teuruarii on the vitaria beach

TemPle ProTeSTaNT De moeraI / moerai protestant temple

photos : Jean-philippe yuam

24

destination