Coup d'oeil sur Taha'a

L'indomptableCas unique dans les archipels polynésiens, un même récif rassemble en un seul et vaste lagon les îles de Raiatea et Taha’a. Cette dernière s’aborde donc par son lagon, puisqu’elle ne dispose pas d’aéroport, utilisant celui de Raiatea, dont elle est séparée uniquement par un chenal lagonaire de 5 km. Aux temps anciens, il est dit que Taha'a, alors nommée Uporu, était masquée à la vue de Havai’i (Raiatea), l’île fondatrice, par… l'île de Tahiti ! Lorsque Tahiti pris le large, pour tenter de rayonner par elle-même sur le monde polynésien, Taha'a est enfin apparue aux yeux de tous. Son nom se traduit, ainsi, littéralement par «nudité» dans son acception courante, comme «dévoilée», alors que certains aujourd’hui l’interprètent comme l’île qui «Tā Haa», celle qui «rend humble». C'est sans doute aux alentours du 6ème siècle de notre ère que Taha'a fut

peuplée par les premiers arrivants Polynésiens, au cours de leur vaste mouvement d'installation dans l'archipel de la Société. On y répertoria, au 20e siècle, pas moins de 169 structures archéologiques, parfois même immergées, qui témoignent du riche passé spirituel de cette île. C’est à Taha’a d’ailleurs, au début du 19e siècle, que fut fondée une institution religieuse, une sorte de séminaire dont étaient issus la plupart des missionnaires protestants qui se dispersèrent ensuite dans les îles du Pacifique. Taha'a a toujours aimé préserver sa différence, prise pendant plusieurs siècles entre les feux croisés et rivaux de Bora Bora et Raiatea, puis s’insurgeant contre l’impopulaire roi de Tahiti et Raiatea, Tamatoa V, qui finira par être déposé en 1871, jusqu’à être l’une des dernières Îles Sous-le-Vent soumise par la France, en 1897.

Taha'a, l’indomptable, est aujourd’hui devenue la première productrice agricole de vanille et de coprah de Polynésie française, accueillant par ailleurs l’unique Relais & Châteaux du Pays. Elle est également la seule terre dont on peut faire totalement le tour à la voile dans le lagon, dévoilant ses baies profondes et ses vallées fertiles, ainsi que son chapelet de motu qui borde le récif au Nord. Se rendre à Taha'a ne s’improvise pas. Pour pouvoir y accoster, depuis Raiatea, il faut prendre une navette très tôt le matin depuis le port de Uturoa, ou convenir avec les hôtels ou pensions qu’ils vous assurent le transfert. C’est un coût à prévoir, en plus du déplacement aérien. Cette traversée est bien le meilleur moyen d’arriver sur l’île, à

fleur de lagon, esquivant le grand ban central, empruntant le chenal, hésitant entre le bleu marine, le turquoise et le vert qui délimitent cette route maritime. C’est une traversée importante, au rythme d’un léger clapot, qui permet d’admirer d’un côté les embruns qui s’élèvent au-dessus de la barrière de corail ; et qui, de l’autre côté, laisse apparaître, lentement, petit à petit, les promesses d’un monde attirant et pas tout à fait analogue. Ce trajet provoque souvent une sensation très physique des éléments, de l’immensité alentour... Puis vient le premier pas sur Taha’a, en général via un petit ponton tout simple, en bois. Le séjour commence. Plus tard, lorsqu’il faudra repartir, ce sera souvent avec la gorge un peu nouée que l’on refera le voyage en sens inverse…

LES BONNES RAISONS D’Y ALLER !

VOLS AIR TAHITI Desservie, via l'aéroport de Raiatea à raison de 5 vols quotidiens, en moyenne

Coordonnées géographiques Latitude 16°39 Sud, Longitude 151°29 Ouest. Superficie : 82 km2 • Point culminant: Mont Ohiri (590 m) Population : 5 100 habitants

Distance de Tahiti : 220 km

PRATIQUES • Agglomération principale : Patio Pour s’y rendre depuis Tahiti : plusieurs vols quotidiens sur Raiatea (45 mn de vol) puis 30 à 40 mn de transferts par navettes lagonaires. • Hébergement touristique : 3 hôtels et 9 pensions ou hôtelleries familiales.

• Le "jardin de corail" : incontestablement, sa découverte est plébiscitée par tous les visiteurs, tant la surprise et le ravissement l’emportent sur toute autre considération.

• Les parcs à poissons : certains motu ou certaines exploitations disposent de parcs à poissons, qui permettent d’observer en bassin quelques spécimens de requins à pointes noires, de diodons, de poissons-pierre, de carangues, de raies ou de tortues.

• Les visites des fermes perlières : tout autour de Taha’a, plusieurs fermes perlières permettent de découvrir la culture de la Perle de Tahiti, la greffe des nacres, et les différentes qualités de perles. Exploitations familiales, chacun y est reçu en ami.

• Un lagon couleur émeraude et un chapelet de motu (îlots) de rêves.

• Une végétation luxuriante, avec une flore tropicale féerique et une multitude de fruits.

CEINTURE DE MOTU, DES ÎLOTS CORALLIENS, BORDANT LE LAGON DE TAHA'A / A riNg oF moTu, CorAl isleTs, BorderiNg The lAgooN oF TAhA’A

12

phoTos : Tim-mCkeNNA.Com