Coup d'oeil sur Nuku Hiva

A 1.500 Km de l'île de Tahiti, aux confins Nord de la Polynésie française, Nuku Hiva invite ses visiteurs à une immersion dans l'âme de l'archipel des Marquises. Avec ses 387 Km2 qui en font la plus grande par la taille de cet archipel mais aussi l'une des plus vastes de toute la Polynésie française, elle constitue le lieu idéal pour une telle initiation. Comme toutes les îles marquisiennes, Nuku Hiva est issue de phénomènes volcaniques d'une ampleur difficilement imaginable aujourd'hui. Il y a entre un et six millions d’années, des volcans surgirent l’un après l’autre du fond de l'océan, parvenant à s'élever à des milliers de mètres de hauteur au-dessus des flots. Puis, l'activité volcanique s'estompant, érosion et phénomènes de tassement façonnèrent les paysages actuels, si particuliers. Sa "jeunesse" relative mais tumultueuse explique toute la beauté et la grandeur des paysages de l'île marqués par des falaises abruptes, des vallées comme taillées à la hache, ponctuées de cascades, et de titanesques murailles de roches sombres créées par l’effondrement des cratères de ces volcans éteints. Ces bouleversements cyclopéens ont créé un monde à part au milieu du Pacifique Sud, faisant des Marquises un archipel différent des autres archipels de la Polynésie

française, donnant naissance à une faune, notamment sous-marine, et d'une flore uniques ayant un fort taux d'endémisme. Au cours du premier millénaire, l'archipel fut peuplé par des Austronésiens en provenance de l'Est, dans leur grand mouvement de migrations et de conquête des îles du Pacifique Sud. Là, ils développèrent une civilisation très structurée et hiérarchisée qui porta à un haut degré de maîtrise des arts comme le tatouage et la sculpture. Un peu plus tard, certains des Marquisiens partirent plus au Nord, traversant l'équateur pour peupler les îles hawaïennes, ce qui est attesté assez sûrement maintenant par des similitudes linguistiques fortes entre les langues marquisiennes et hawaïennes.

Beaucoup reste à découvrir Témoignage de cette civilisation, les sites archéologiques - parmi les plus beaux de l'archipel - foisonnent sur l'île. Les principaux sont Paeke, dans la vallée de Taipivai, Hikokua et Kamuihei, près de Hatiheu. Nichés au sein d'une végétation luxuriante qui leur apporte une aura particulière, ils laissent entrevoir à la personne qui les découvre toute la richesse et la complexité atteintes

LES BONNES RAISONS D’Y ALLER !

VOLS AIR TAHITI Desservie, à raison de 1 vol quotidien

Coordonnées géographiques Latitude 8° 52' Sud, Longitude 140°06' Ouest Superficie : 387 km2

Point culminant: Mont Tekao (1 224 m) Population : 2 600 habitants

Distance de Tahiti : 1 500 km au Nord Est

PRATIQUES • Agglomération principale : Taihoae ( banque, Postes, location de véhicule, commerces, structure de santé)

• Hébergements touristiques : 1 hôtel et 5 pensions ou hôtelleries familliales

• Des paysages sauvages et magnifiques avec des cascades, canyons, plateaux, falaises abruptes, pics volcaniques et des baies profondes où se nichent quelques une des plus belles plages de l'archipel.

• De nombreux sites archéologiques

• Une culture vivante et dynamique : langue, traditions, artisanat, sculpture, tatouage

• De multiples activités possibles

• Des expéditions en bateau, en 4x4, à pied ou à cheval

BAIE DE HATIHEU AVEC SES ARÊTES BASALTIQUES / hATiheu BAy wiTh his BAsAlT ridges

par la culture et l'organisation sociale marquisiennes des temps anciens, notamment. En sont témoins encore les ti'i, des représentations anthropomorphiques de divinités, dont certains sont monumentaux. Encore beaucoup reste à découvrir et à valoriser car, en de nombreux lieux, la végétation tropicale a déposé un linceul d'oubli sur ces vestiges. Pourtant, on devine encore ça et là sur l'île les pierres sombres des pa'e pa'e, les soubassements en basalte des anciennes habitations... Passionnés et archéologues s'emploient aujourd'hui grandement à faire revivre toutes ces structures.

Une histoire mouvementée qui a forgé une identité Après un bref contact avec des navigateurs espagnols, en 1595, les Marquises et leurs habitants virent les Européens débarquer plus largement sur leurs rivages dès la fin du 18ème siècle, bouleversant un fragile équilibre environnemental, social et culturel. Estimée de 50 à 100.000 lors des premiers contacts, la population

de l’archipel n’était plus que d’à peine 2.200 âmes en 1930, alcool et épidémies s’étant mis de la partie. Il fallut attendre le milieu du 20ème siècle pour assister à la renaissance de cette société marquisienne qui compte aujourd’hui près de 8.000 habitants. Une histoire qui permet de comprendre la farouche défense de leur identité que déploient aujourd'hui les Marquisiens. Le Festival des Arts, dont la dernière édition s'est tenue en décembre 2011 à Nuku Hiva, avec ferveur, est le vivant témoignage de ce combat identitaire qui a pris un essor encore plus grand au début des années 1980. Aujourd'hui, les quelque 2.600 habitants de l'île sont répartis dans plusieurs petites localités. Ils y vivent principalement de la pêche, profitant d'eaux particulièrement riches, de l'agriculture et du tourisme. Fiers de leur identité et de leur environnement exceptionnel, ils prendront plaisir à vous faire découvrir leur île avec simplicité et convivialité, faisant de votre séjour en terre marquisienne une étape particulièrement originale, lors de la visite de la Polynésie française. Un signe ne trompe pas ! Arrivé à Nuku Hiva sur l'aérodrome de Terre Déserte, il vous faudra régler votre montre à l'heure marquisienne, soit un décalage horaire d'une demi- heure par rapport à Tahiti...

©Tim-mCkeNNA.Com

14 15