Alain Gerbault : Un paradis se meurt Enfin autre grand écrivain-voyageur à avoir abordé les rivages de Nuku Hiva  : Alain Gerbault. Parcours étonnant que celui de cet ancien pilote de chasse et as de la première guerre mondiale qui s’est lancé dans un tour du monde en solitaire à bord d’un minuscule voilier de 12 m, le Firecrest. Après une éprouvante traversée de l’Atlantique, il arrive dans le Pacifique en traversant le canal du Panama. Un périple qui l’amènera, une première fois, aux Marquises, le 8 décembre 1925. Il y restera deux mois, enthousiasmé par les paysages mais également par l’accueil que lui réservent

les Marquisiens. Ce grand amoureux des îles de Polynésie reviendra une troisième et dernière fois aux Marquises en 1935 avec comme objectif d’enregistrer des champs anciens marquisiens. Il se rend enfin à Taipivai sur les traces de Melville... À la poursuite du soleil, journal de bord. De New York à Tahiti, le récit de son périple et de son séjour aux Marquises sera publié en 1929. Il reviendra également sur son expérience marquisienne dans un des ses ouvrages clef, Un paradis se meurt. Il décède en 1941 et, comme il l’avait souhaité, ses cendres sont ramenées à Bora Bora où il repose depuis.

ludovic lardière

© philippe BACCheTLITTORAL DE LA PARTIE NORD DE L'ÎLE AVEC LES CÉLÈBRES PICS DE AAKAPA / The NorTherN CoAsT oF The islANd wiTh The FAmous peAks AAkApA

26

DESTINATION